Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison gratuite en France métropolitaine dès 30 euros d'achat.

Panier

Votre panier est vide

Continuer vos achats

Comprendre le sommeil

Le sommeil est un état physiologique normal caractérisé par une baisse de conscience, un relâchement musculaire, une vigilance suspendue, un ralentissement de la respiration et une conservation partielle des cinq sens. Il joue un rôle majeur pour rester en bonne santé et favoriser une meilleure espérance de vie.

 

 

Le sommeil, une composante importante de la santé

 Le sommeil est essentiel pour le bon fonctionnement du corps. C’est grâce à lui que l’organisme produit de nouvelles cellules qui viennent remplacer les cellules mortes.

Avoir une bonne nuit de sommeil permet à l’organisme de récupérer autant sur le plan physique que sur le plan mental. Mais le sommeil n’est pas seulement utile à la récupération, il agit également sur le cerveau avec les phénomènes de mémoire, concentration, mémorisation et d’orientation.

Pour un bébé ou un enfant, dormir une bonne nuit de sommeil favorise leur maturation cérébrale et le développement de leurs capacités d’apprentissage.

 En revanche, manquer de sommeil peut entrainer une augmentation de l’appétit à cause d’une modulation d’hormones comme la leptine par exemple. L’augmentation des apports caloriques, associée à la fatigue et la somnolence, peut engendrer une prise de poids.

Cela peut également toucher le rythme circadien. Sa synthèse d’hormones comme le cortisol ou l’hormone de croissance, impliquées dans le métabolisme du glucose, peut être perturbée. Il y a donc un risque de développer une intolérance au glucose ou un risque de diabète de type 2.

De plus, un sommeil de mauvaises qualité et quantité peut entrainer un risque d’irritabilité, un état dépressif, une prise de poids, des troubles du stress, de l’hypertension ou un risque d’infection.

 

 

Le rythme de sommeil

 Le sommeil correspond à une succession de 3 à 6 cycles, chacun peut durer entre 1h et 2h. Dans ces cycles, se distinguent trois grandes phases d’endormissement du cerveau : le sommeil léger, le sommeil profond et le sommeil paradoxal.

Il n’y a pas de durée idéale, ni de qualité idéale de sommeil, elle varie d’une personne à une autre selon l’âge et la génétique. On différencie les lève-tôt des couche-tard, ainsi que les gros des petits dormeurs. Les personnes qui ne dorment pas beaucoup présentent des phases de sommeil léger très courtes.

En moyenne, un Français dort environ 7 heures par nuit, soit 1h30 de moins qu’il y a 50 ans.

 Le sommeil lent est plus profond de la naissance jusqu’à environ 20 ans. Ensuite, il devient minoritaire et laisse place à un sommeil lent plus léger susceptible de causer des troubles du sommeil. Quant au sommeil paradoxal, il est plus long durant les premières années de vie. Sa durée se réduit progressivement dès l’âge adulte. 

Quelle que soit la durée de sommeil nécessaire à chacun, celle du sommeil profond est constante, alors que les durées de sommeil léger et de sommeil paradoxal, quant à elles, varient.

 

 

L’étude du sommeil

 Pour étudier le sommeil, il faut faire un examen appelé la polysomnographie. Son objectif est d’enregistrer les différentes phases du sommeil et d’examiner les variables physiologiques et physiques (rythme cardiaque, rythme respiratoire, activité électrique du cerveau, mouvements…) afin d’identifier les troubles du sommeil.

Pour ce faire, des électrodes sont placés au niveau du crâne et de différentes parties du corps : l’activité cérébrale (par EEG), l’activité musculaire (électromyogramme) ainsi que les mouvements oculaires (électro-oculogramme). L’examen n’a aucun risque pour la santé et est indolore.

 L’imagerie médicale (IRM, scanner) et l’imagerie fonctionnelle (PET scan, IRM fonctionnelle, magnétoencéphalographie) permettent également d’étudier de manière précise les caractéristiques et le rôle de chaque phase de sommeil, ainsi que les structures cérébrales sollicitées.

 D’autres techniques sont utilisées pour étudier les troubles du sommeil, par exemple, tenir un agenda du sommeil permet d’identifier les habitudes de sommeil et d’éveil, de coucher et de lever, dans le but d’identifier les éventuelles insomnies.

 

 

Les différents troubles du sommeil

 Selon l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance), environ un tiers de la population française a des troubles de sommeil. Les causes peuvent liées à des troubles physiologiques (dîners trop copieux, excès de substances excitantes comme la caféine, le tabac, etc…), des troubles du stress et de l’anxiété, certaines pathologies, une prise de médicaments ou encore à l’environnement (chaleur, luminosité, bruit…).

 Les principaux troubles du sommeil ressentis sont :

  • L’insomnie : les adultes, mais également les enfants, peuvent souffrir d’insomnie. Elle se caractérise par des difficultés à dormir suffisamment, un sommeil de mauvaise qualité et non réparateur. L’insomnie provoque une fatigue durant la journée et exerce une influence sur l’humeur et le comportement.

L’insomnie peut se manifester durant trois semaines maximum, au-delà, elle est considérée comme chronique.

  • L’hypersomnie : elle correspond à un temps de sommeil nocturne important et à une forte somnolence durant la journée. On distingue la narcolepsie qui se caractérise par des endormissements non volontaires et fréquentes.
  • La parasomnie : les enfants et les adolescents sont les plus touchés. Elle s’explique par des éléments ou des manifestations durant le sommeil.

Il y a ce que l’on appelle le somnambulisme, qui se produit durant le sommeil profond, la personne bouge et se déplace involontairement sans en avoir le souvenir lors du réveil.

Pendant le sommeil paradoxal, la personne fait des cauchemars, des mouvements anormaux voire violents et de la catathrénie (gémissements).

  • Le trouble du rythme circadien : il se traduit par un mouvais fonctionnement de l’horloge biologique, le rythme de sommeil et de réveils sont décalés.

 

 

Les compléments alimentaires pour favoriser un meilleur sommeil

 En cas de sommeil agité, les compléments alimentaires à base de plantes sédatives représentent une solution efficace et une alternative aux médicaments chimiques (antidépresseurs, anxiolytiques, psychotropes…) pour favoriser un sommeil de meilleure qualité et limiter les troubles du sommeil.

 Les gummies « Sommeil » de Délicure sont composés de plantes (passiflore, tilleul et calicot), de vitamines (B5 et B6) et de mélatonine (hormone du sommeil). Prendre deux gummies 30 minutes avant de se coucher permet d’apaiser le corps et l’esprit, faciliter l’endormissement et limiter les réveils durant la nuit.

 Ces compléments alimentaires sont à prendre dans le cadre d’un mode de vie sain. Pour garantir une bonne nuit de sommeil, il est recommandé d’avoir une alimentation saine et équilibrée, et de ne pas faire d’activité sportive le soir mais seulement en journée pour dépenser toute son énergie.

 Si les troubles du sommeil persistent et deviennent chroniques, il faut consulter un médecin ou un neurologue.