Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Livraison gratuite en France métropolitaine dès 30 euros d'achat.

Panier

Votre panier est vide

Continuer vos achats

Quels sont les liens entre le sommeil et la mémoire ?

Le sommeil est un enjeu majeur de santé car il assure le bon fonctionnement de l’organisme. Il met en jeu plusieurs mécanismes physiologiques comme la régénération cellulaire, la sécrétion hormonale, l’apprentissage ou encore la mémorisation. Un bon sommeil est bénéfique pour une récupération physique, psychologique et intellectuelle.

Le sommeil et la mémoire sont donc étroitement liés. Tout d’abord, le sommeil sollicite le cerveau à apprendre et à recevoir de nouvelles informations. Ensuite, il procède à la consolidation de ces apprentissages en une mémoire stable.

En cas de troubles du sommeil, les capacités cognitives peuvent être fortement impactées. Ils peuvent nuire à l’attention et à la vigilance, affecter l’humeur et les émotions, puis réduire les capacités d’imagination et de création.

Sur le long terme, un manque de sommeil entraine également d’autres conséquences sur la santé comme une prise de poids (voire de l’obésité), une baisse des défenses immunitaires, des troubles métaboliques ou encore des troubles cardiovasculaires.

Il est donc important de saisir l’importance d’un sommeil réparateur pour être en bonne santé et entretenir une mémoire stable et durable.

 

 

Les différentes phases de sommeil

 Pendant le sommeil, le cerveau traverse en moyenne trois à six cycles d’une durée individuelle d’1h à 2h. Chaque cycle est constitué de trois phases qui sont le sommeil léger, le sommeil profond et le sommeil paradoxal.

Le sommeil lent, surtout lorsqu’il est profond, joue un rôle très important. Il va préparer le cerveau à recevoir de nouvelles informations et à consolider les mémoires encodées antérieurement. C’est ce que l’on appelle la mémoire déclarative (épisodique et sémantique).

Le sommeil paradoxal, quant à lui, renforce la mémoire procédurale (capacités motrices et de perception) ainsi que la mémoire émotionnelle.

 

 

Les effets du sommeil sur la mémoire

Restaurer les facultés d’apprentissage

En premier lieu, le sommeil permet de restaurer les capacités d’apprentissage en réinitialisant les circuits de stockage saturés.

Une partie du cerveau appelée « l’hippocampe » joue un rôle essentiel pour la mémorisation à court terme. Telle une "imprimante", il fait passer les données de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme. Il rassemble toutes traces de la mémoire pour former les souvenirs.

Au cours d’une journée, l’hippocampe devient moins efficace pour apprendre. Afin d’y remédier, faire une sieste (sommeil lent) est suffisant pour restaurer ses capacités d’apprentissage.

Durant le sommeil, le cerveau rétablit également la mémoire de travail et l’attention, puis nettoie les toxines accumulées.

 

Consolider une mémoire stable

 Par la suite, au cours du sommeil, le cerveau transforme les apprentissages récents et procède à un tri d’informations. Certaines vont être oubliées et d’autres vont être stockées à long terme.

Ces dernières, provenant de l’hippocampe, sont transportées au cortex pour une mémorisation pérenne. Elles sont également incorporées aux souvenirs et connaissances déjà existants.

 

  

Les impacts d’un manque de sommeil

 Un sommeil de durée ou de qualité insuffisante impacte la formation et la consolidation de la mémoire. Si le sommeil profond est interrompu, cela cause un déficit de mémoire déclarative (perte de souvenirs et de connaissances).

Il faut savoir qu’il n’existe pas de durée idéale de sommeil, elle peut varier d’une personne à l’autre.

Quand on prend de l’âge, le sommeil devient moins profond et affaiblit donc la consolidation de la mémoire déclarative. Une région cérébrale dont l’atrophie est responsable de cette réduction, notamment à cause de difficultés d’endormissement ou de plusieurs réveils pendant la nuit.

Les troubles du sommeil associés à l’âge peuvent également développer les dégénérescences cérébrales de la maladie d’Alzheimer, qui mènent à des troubles sévères de la mémoire et de l’apprentissage.

 

Des solutions naturelles pour bénéficier d’un meilleur sommeil

En cas de troubles de sommeil, il faut tout d’abord identifier la problématique responsable. Elle peut concerner le stress, une prise de repas trop copieux, un environnement inconfortable (chambre trop chaude ou trop éclairée), un état dépressif ou encore une maladie du sommeil (syndrome des jambes sans repos, apnée du sommeil, hyperthyroïdie, maladie de Parkinson…).

Pour y faire face, l’utilisation de la phytothérapie ou la prise de compléments alimentaires naturels représentent une solution efficace et sont une alternative aux médicaments chimiques et lourds pour la santé (antidépresseurs et anxiolytiques).

Délicure propose une cure « Sommeil » sous forme de gummies végans, naturels et fabriqués en France. Ils sont composés de mélatonine (hormone du sommeil), vitamines (B5 et B6) et plantes reconnues pour favoriser la détente (tilleul, passiflore et coquelicot). Prendre deux gummies avant le coucher aide à faciliter l’endormissement et à retrouver un sommeil de meilleure qualité.

Si les troubles du sommeil perdurent dans le temps, il est vivement recommandé de consulter un médecin.